BIENVENUE SUR L'ATELIER DES PHOTOGRAPHES !

Un outil pédagogique d'éducation au regard gratuit et ouvert à tous.
Découvrez des photographies, rencontrez leurs auteurs et expérimentez des dizaines d'ateliers. Accéder à la plateforme
  • Mur
  • Chercher
  • Paramètres
Le mur d'images

Renvoie au mur d’images à tout moment. En cliquant sur la photographie de votre choix, découvrez l'univers de l'auteur et les ateliers associés.

La navigation

Accédez directement à la rubrique de votre choix : photographes, notions, thèmes, ateliers. Les notions photographiques sont expliquées dans le glossaire.

Mon compte

Connectez-vous ou inscrivez-vous sur l’Atelier des photographes pour avoir accès aux ateliers. Le symbole est en vert lorsque vous êtes connecté.

Informations

Retrouvez toutes les informations concernant L’Atelier des photographes et les actions pédagogiques des Rencontres de la photographie.

Télécharger le tutoriel en PDF

fermer

Fernando Montiel Klint

zoomer

Portrait

Né en 1978, à Mexico (Mexique).
Vit et travaille à Mexico.


zoomer

Acts of faith



Acts of faith from the series Acts of Faith. Size 120 cm x 152. Year 2010, Mexico city. Author Fernando Montiel Klint.

Biographie

Fernando Montiel Klint a étudié la photographie à l’Escuela Activa de Fotografía et au Centro de la Imagen. Son œuvre est représentée dans les collections du musée d’Art de Guandong (Guangzhou, Chine), du musée d’Art contemporain du Chili, Nave K (Espagne), du musée d’Art moderne d’Aguascalientes (Mexique).

Lire la suite Refermer

Il a fait l’objet d’expositions personnelles et collectives dans des musées du monde entier, tels que le Palais des Beaux-Arts (Belgique), le musée de la Patagonie (Argentine), le Colegio de Arquitectos (Murcia, Espagne), le Victoria & Albert Museum (Londres), le Santralistanbul (Istanbul), l’université de Bilgi University (Turquie), El Palau de la Virreina (Barcelone) ou la Triennale de Milan.

Il a aussi bénéficié de bourses de la part d’Omnilife, d’ID Magazine et a reçu le premier prix aux XXIIèmes Rencontres Nationales des Jeunes Artistes (Mexique). Il est également finaliste à Critical Mass (États-Unis). Son travail a été présenté dans des foires artistiques telles que Preview Berlin, Slick Paris, Scope Basel, Maco Mexico, PhotoMiami ou MadridFoto.

Il est représenté au Mexique par Emma Molina, en Espagne par la Galería Fernando Pradilla, et à New York par la CTS Gallery.


Paroles d'auteur

« La photographie, c’est la liberté et un chemin pour explorer toutes mes pensées. Un moyen de créer une vie artificielle paisible et pleine d’humour.

Lire la suite Refermer

J’aime la façon dont nous vivons notre contexte moderne. J’ai grandi en regardant beaucoup de films, depuis mon enfance j’aime le cinéma, j’aime le fait que la photographie puisse nous laisser mettre en scène une réalité manipulée, le fait de pouvoir créer ses propres histoires. »

« Mon travail est un moyen de mettre le spectateur dans une sorte de conflit entre ce qu’il voit et ce qu’il ressent. Ce qui m’intéresse c’est de voir s’ils vont rire ou s’ils ont peur de ce qu’ils voient. J’aime un spectateur actif. J’aime les images qui font rire. »


Le regard du médiateur

Dans un appartement ou un bureau vide de meuble, un homme ou une femme – le photographe joue sur l’ambiguïté pour nous dire que nous sommes tous concernés – est allongé sur le dos au centre de la pièce.

Lire la suite Refermer

Sa pose abandonnée pourrait évoquer un estivant sur une plage, ce que renforce son habillement décontracté : les tongs, le bermuda. Mais un détail absurde vient à l’encontre de cette idée : sa tête sert de terreau à un arbre.
La symétrie de la composition au niveau des trois fenêtres mais aussi des lignes géométriques du plafond procure une impression de malaise. Dans cet univers clos, dans un croisement de lignes verticales et horizontales, les grandes baies vitrées laissent un aperçu vers l’extérieur, sur d’autres fenêtres d’immeubles modernes sans présence humaine. Paradoxalement, loin de donner une impression de liberté, la multitude d’ouvertures nous enferme davantage, l’horizon est bouché. L’homme ne se donne-t-il pas la mort en s’enfermant volontairement dans ce décor moderne urbain ?

Le globe sur un appui de fenêtre apparaît comme une interrogation sur l’univers, idée d’une mappemonde censée être toujours en mouvement et continuer sa course malgré l’aveuglement des humains.
Pourtant, la mort symbolique du personnage a redonné vie à la plante qui semble avoir germé de sa tête. Faut-il y voir une métaphore ? Y a-t-il encore de l’espoir dans cette société urbanisée, déshumanisée, coupée de la nature ? L’homme revient à la terre, à l’essence même de la vie.

À travers des situations absurdes, Fernando Montiel Klint joue avec notre ressenti, entre rire et angoisse, pour nous amener à réfléchir sur l’état de notre société.


Notions photographiques

MISE EN SCÈNE
La mise en scène dans la photographie est à l’opposé de ce que Henri Cartier-Bresson appelle « l’instant  décisif » : un sujet que l’on saisit sur le vif. Elle est le fruit d’une longue réflexion qui, avant de se concrétiser, peut d’ailleurs se prolonger pendant des jours, voire des mois.

Lire la suite Refermer

Certains photographes, selon leur méthode de travail, effectuent d’abord un travail de recherche de lieux adéquats et de modèles si besoin. Ils n’hésitent pas, avant la prise de vue, à réaliser des croquis, à placer le modèle dans leur étude, à faire des essais lumière, des tests.
Ici, dans la photographie de Klint, nous voyons bien la mise en scène, tout est savamment pensé, le lieu choisi avec ces fenêtres en abyme qui enferment le cadre. Les moindres objets parsemés qui trouvent leur place dans le décor prennent une signification particulière, la pose, les vêtements choisis, le traitement de la lumière… Rien n’est laissé au hasard et la mise en scène de Klint sert son propos.


Connexion
Mot de passe oublié ?
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Inscrivez-vous

L'accès aux ateliers est gratuit, nous vous demandons simplement de bien vouloir remplir au préalable un formulaire d'inscription.