BIENVENUE SUR L'ATELIER DES PHOTOGRAPHES !

Un outil pédagogique d'éducation au regard gratuit et ouvert à tous.
Découvrez des photographies, rencontrez leurs auteurs et expérimentez des dizaines d'ateliers. Accéder à la plateforme
  • Mur
  • Chercher
  • Paramètres
Le mur d'images

Renvoie au mur d’images à tout moment. En cliquant sur la photographie de votre choix, découvrez l'univers de l'auteur et les ateliers associés.

La navigation

Accédez directement à la rubrique de votre choix : photographes, notions, thèmes, ateliers. Les notions photographiques sont expliquées dans le glossaire.

Mon compte

Connectez-vous ou inscrivez-vous sur l’Atelier des photographes pour avoir accès aux ateliers. Le symbole est en vert lorsque vous êtes connecté.

Informations

Retrouvez toutes les informations concernant L’Atelier des photographes et les actions pédagogiques des Rencontres de la photographie.

Télécharger le tutoriel en PDF

fermer

Mathieu Pernot

zoomer

Portrait

Né en 1970, à Fréjus (France).


zoomer

Mantes-la-Jolie, 1er juillet 2001



Mantes-la-Jolie, 1er juillet 2001. © Mathieu Pernot

Biographie

Après des études de génie civil, Mathieu Pernot entre à l’École Nationale de la Photographie d’Arles, dont il sort diplômé en 1996. Il commence son travail d’auteur qui sera rapidement exposé en 1997 au Centre National de la Photographie de Paris et aux Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles.

Lire la suite Refermer

Il continue à développer son travail personnel et enseigne la photographie en école d’Art. Élaboré en séries sur plusieurs années, dans le temps et la rigueur, son travail photographique fait de lui un des principaux documentaristes français actuels, au service de questionnements à la fois sociaux et théoriques. Mathieu Pernot est représenté par la galerie Eric Dupont, à Paris.

Biographie extraite du site L’œil de la photographie.
http://www.loeildelaphotographie.com/fr/photographes/mathieu-pernot


Paroles d'auteur

« Je commence à faire les implosions. Ce sont des photographies noir et blanc que je réalise à la chambre, donc c’est assez compliqué à la prise de vue. Cela me permet de faire des formats assez grands ensuite avec des images qui seront détaillées : ce qui était important pour moi pour la dimension quelque peu spectaculaire. »

Lire la suite Refermer

« Il m’est venu progressivement l’idée de reconstituer une forme d’archéologie de ces quartiers. L’iconographie de ces lieux est assez simple. Disons, que l’on a deux types d’images sur ces quartiers. On a notamment celles du début de cette histoire dans les années 60-70 quand les immeubles se construisent, c’était la période des Trente Glorieuses, de l’utopie urbaine et donc l’iconographie est celle de la carte postale, une image positive. Je m’intéresse à confronter cette iconographie à celle d’aujourd’hui, à celle des problèmes de la société française que l’on penserait venir en grande partie de ces quartiers. »

Paroles recueillies sur le site internet du musée de l’Histoire et de l’Immigration.


Le regard du médiateur

Nous sommes invités par le photographe à assister à un événement unique : l’implosion programmée d’une barre d’immeubles. Le spectateur est placé aux premières loges, face à la scène, le photographe ayant privilégié un point de vue surélevé et frontal par rapport au spectacle. Nous sommes dans le réel mais un sentiment de théâtralité s’empare de nous.

Lire la suite Refermer

La photographie a saisi un moment particulier, le début de l’effondrement de l’immeuble sur lui-même, la photographie devient sonore. C’est la destruction d’un passé qui peut paraître lointain mais qui ne date que des années 60. Il efface aussi les souvenirs des personnes qui ont vécu dans ces lieux. L’utilisation du noir et blanc focalise notre attention sur la barre d’immeubles blanche se détachant sur le fond gris. Au pied de l’immeuble chancelant, des nuages de poussière font écho aux arbres immobiles du premier plan. Au loin en arrière plan, se détache une rangée d’immeubles qui se dressent et ferment l’horizon. Les formes géométriques se répondent avec rigueur. Pas un être humain en vue… Pourtant, dans cet univers déshumanisé, une note poétique, nostalgique, surgit : l’immeuble qui s’effondre ressemble à un grand accordéon qui se plie et se déplie sous les doigts d’un musicien hypothétique.

A travers cette photographie d’implosion d’immeuble, Mathieu Pernot questionne le spectateur. Tel un archéologue du temps et de la mémoire, Mathieu Pernot attend avec patience les moments où sont programmées les destructions d’immeubles. Il enregistre « l’avant » de ce qui ne sera plus, le dernier souffle de ces architectures, la transformation de l’espace urbain.


Notions photographiques

POINT DE VUE

 

Le point de vue est la position que choisit le photographe pour placer son appareil par rapport au sujet. Il peut être à hauteur d’homme, frontal, en hauteur (plongée), en contre-bas (contre plongée). Le point de vue dépend également du type de focale utilisé : une focale courte (grand angle) va amplifier la profondeur de champ, une focale longue (téléobjectif) va écraser la profondeur et la perspective.

Lire la suite Refermer

Ce choix implique nécessairement une prise de position de la part de l’artiste, soit psychologique, soit philosophique, sociale ou politique. Le photographe n’est donc pas « objectif » puisque ses choix, sa personnalité, ses idées affectent le sens qu’il donne à l’image qu’il prend.
Dans le cas de Mathieu Pernot photographiant les barres d’immeubles qui implosent, il porte un regard sur une société dont il n’est pas contemporain puisqu’elle est en train de disparaître, ainsi que sur la symbolique de ces logements sociaux des années 60. Une certaine nostalgie naît de l’ensemble car à l’époque de leur construction, en pleine crise du logement, ces bâtiments représentaient une vraie avancée sociale !
En choisissant d’être sur les hauteurs, de dominer la scène qu’il prend frontalement, de loin, il nous met dans la position de spectateur et offre une vision théâtralisée de cette scène qui signe la fin d’un monde.


Connexion
Mot de passe oublié ?
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Inscrivez-vous

L'accès aux ateliers est gratuit, nous vous demandons simplement de bien vouloir remplir au préalable un formulaire d'inscription.