BIENVENUE SUR L'ATELIER DES PHOTOGRAPHES !

Un outil pédagogique d'éducation au regard gratuit et ouvert à tous.
Découvrez des photographies, rencontrez leurs auteurs et expérimentez des dizaines d'ateliers. Accéder à la plateforme
  • Mur
  • Chercher
  • Paramètres
Le mur d'images

Renvoie au mur d’images à tout moment. En cliquant sur la photographie de votre choix, découvrez l'univers de l'auteur et les ateliers associés.

La navigation

Accédez directement à la rubrique de votre choix : photographes, notions, thèmes, ateliers. Les notions photographiques sont expliquées dans le glossaire.

Mon compte

Connectez-vous ou inscrivez-vous sur l’Atelier des photographes pour avoir accès aux ateliers. Le symbole est en vert lorsque vous êtes connecté.

Informations

Retrouvez toutes les informations concernant L’Atelier des photographes et les actions pédagogiques des Rencontres de la photographie.

Télécharger le tutoriel en PDF

fermer

Olivier Culmann

zoomer

Portrait

Né en 1970 à Paris (France).


zoomer

Atlantiques



Atlantiques. Cargo porte-containers sur l'océan Atlantique lors d'une traversée de Hambourg (Allemagne) à Montréal (Canada). 11h44. 19/03/2001. © Olivier Culmann

Biographie

Olivier Culmann est photographe depuis 1992. Il est membre du collectif de photographes Tendance Floue et il travaille pour la presse (Géo, L’Express, Le Point, Libération…).

Lire la suite Refermer

Il a écrit plusieurs livres et obtenu plusieurs prix et bourses (dont le Prix Fujifilm Euro Press Photo en 2004, le Prix Scam Roger Pic en 2003…).

En 2001, il a co-réalisé un film avec Pascal Dupont : « Une histoire nécessaire » (Capa, Ina, France 3).

 

À partir de 2010, il formalise une recherche sur les modes de représentation de soi. Passionné par l’imagerie populaire et les codes de mise en scène, il choisit d’utiliser sa propre image pour explorer les fantasmes sociaux et ses interrogations sur l’altérité.

Olivier Culmann a exposé aux Rencontres d’Arles en 2006 : « Télé-Spectateurs » à l’Atelier des Forges. Il a aussi participé aux expositions collectives suivantes, toujours aux Rencontres d’Arles : Collectif « Tendance Floue » / Magazine Géo à l’église de Barcarin (2004) ; « France 14 » à l’abbaye de Montmajour (2010) et « Tendance Floue » / Passage à l’acte au Magasin Electrique (2011).

 

2011 – Parution de « Watching TV », éditions Textuel, Paris.
2012 – Exposition d’ »Atlantiques », au festival de la Photo de Mer, Vannes.
2014 – Exposition de « Watching TV », à l’Institut National de l’Audiovisuel, Issy-les-Moulineaux.


Paroles d'auteur

« D’une façon générale, je m’intéresse davantage à provoquer un questionnement plutôt qu’à « montrer » ou pire démontrer quelque chose. »

Lire la suite Refermer

« Dans mon travail, j’aime bien être dans l’anti-spectaculaire, dans le « normal », dans le quotidien, dans ce qui a priori n’a pas d’intérêt. »

 

« Hambourg – Montréal. Dix jours en gestation à regarder la mer qui vient. Et les mille deux cent containers au contenu inconnu.
Mystérieuses boîtes qui promènent les inutiles marchandises indispensables à nos vies consommatrices.
Tenir debout et bouffer un peu de vent en s’inventant quelques aventures.
Attendre minuit pour regarder les pendules tourner à l’envers et ramener leurs aiguilles sur les coups de onze heures pour cause de fuseau horaire. Vingt cinq heures par jour c’est toujours ça de gagné sur la date. Manger épicé et refaire l’Himalaya avec l’équipage indien d’une compagnie canadienne sous pavillon panaméen.
Croire qu’il y aura quelque chose au bout alors que tout se passe ici. L’intérêt du voyage est dans son chemin. Parcours préalablement imaginé et tracé d’un doigt sur une carte. »

source : site de Tendance Floue


Le regard du médiateur

Un porte-conteneurs fend l’océan, la puissance du navire est soulignée par les lignes diagonales des flancs du navire et celles des containers qui se rejoignent au centre de la photographie. Si l’homme est absent de l’image, la perspective donne l’impression au spectateur d’être sur le bateau, de faire partie du voyage. Seul le navire confronte la mer et le ciel.

Lire la suite Refermer

Une certaine forme de monotonie s’instaure, il ne se passe rien, une absence à soi-même face au ciel et à la mer, entre ennui et sérénité, l’idée d’un parcours interminable dans une étendue sans fin, dans un endroit que l’on ne peut localiser, l’impression de vide malgré l’alignement géométrique de la cargaison. La ligne d’horizon en oblique vient perturber l’avancée sereine du bateau, provoquant une sensation de vertige. Serait-ce à dire que la mer est agitée ? Le ciel nuageux annonce aussi quelques possibles difficultés pour la carcasse d’acier.

 

Cette photographie s’inscrit dans une série que le photographe a appelée « Atlantiques ». Olivier Culmann a embarqué sur un porte-conteneurs reliant Hambourg au Canada durant une dizaine de jours. Le photographe laisse le temps au temps, assis à un même endroit durant cette itinérance, il va réaliser des photographies sous le même angle de prise de vue. De prime abord les images se ressemblent, se font écho, monotones. C’est dans la répétition à différentes heures de la journée, avec le ciel changeant, la mer parfois sans pli, parfois houleuse ou entourée de brumes, que l’on perçoit la notion du temps qui passe. Assis sur le bateau, il se crée ainsi une sorte de communion entre l’objet, le porte-conteneurs, le spectateur, la mer et le ciel, un dialogue muet qui s’établit.

 

Le regard se pose, fixe, immobile et la pensée intérieure peut « prendre marche ».


Notions photographiques

COMPOSITION

 

Le photographe doit composer son image, c’est-à-dire organiser les différents éléments qui y figurent pour lui donner une force visuelle.

Lire la suite Refermer

Il doit pour cela tenir compte de la place du sujet dans le cadre, des lignes directrices qui conduisent le regard vers les points forts de l’image, de l’équilibre des masses et des volumes, des échos de couleurs. Pour être au plus près de ce qu’il veut transmettre (dynamisme, harmonie, équilibre ou déséquilibre), il va pouvoir suivre certaines règles de composition (souvent issues de la peinture) ou alors les remettre totalement en question.


Dans l’image de Culmann, les lignes de fuite qui composent l’image conduisent notre regard dans une direction, celle de l’horizon, une ligne que l’on s’attendrait à voir horizontale mais qui est oblique, ce qui provoque un malaise, une perturbation de nos sens.


Connexion
Mot de passe oublié ?
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Inscrivez-vous

L'accès aux ateliers est gratuit, nous vous demandons simplement de bien vouloir remplir au préalable un formulaire d'inscription.