BIENVENUE SUR L'ATELIER DES PHOTOGRAPHES !

Un outil pédagogique d'éducation au regard gratuit et ouvert à tous.
Découvrez des photographies, rencontrez leurs auteurs et expérimentez des dizaines d'ateliers. Accéder à la plateforme
  • Mur
  • Chercher
  • Paramètres
Le mur d'images

Renvoie au mur d’images à tout moment. En cliquant sur la photographie de votre choix, découvrez l'univers de l'auteur et les ateliers associés.

La navigation

Accédez directement à la rubrique de votre choix : photographes, notions, thèmes, ateliers. Les notions photographiques sont expliquées dans le glossaire.

Mon compte

Connectez-vous ou inscrivez-vous sur l’Atelier des photographes pour avoir accès aux ateliers. Le symbole est en vert lorsque vous êtes connecté.

Informations

Retrouvez toutes les informations concernant L’Atelier des photographes et les actions pédagogiques des Rencontres de la photographie.

Télécharger le tutoriel en PDF

fermer

Yann Gross

zoomer

Portrait

Né en 1981 à Vevey, Suisse.
Vit et travaille entre la Suisse et l’Amérique du Sud.


zoomer

Cascade



Cascade de San Rafael, 2015 © Yann Gross

Biographie

Après des études à L’École cantonale d’art de Lausanne, Yann Gross a vécu dans plusieurs pays d’Amérique latine. Il interroge dans son travail la manière dont l’humanité façonne son environnement.

Lire la suite Refermer

Il collabore régulièrement avec diverses communautés et s’est impliqué dans des projets tels que la création d’une chaîne de télévision indigène au Brésil ou la construction d’un skatepark en Ouganda. Lauréat de nombreux prix dont ceux du Festival international de mode et de photographie de Hyères et du prix Photo Espana Descubrimientos, il a exposé dans des institutions telles que Le Musée de l’Elysée de Lausanne, la Fotostiftung de Winterthur ou le FOMU d’Anvers. Lauréat du Dummy Book Award aux Rencontres d’Arles 2015, son livre «The Jungle Book» est édité en 2016.


Paroles d'auteur

Lorsque Francisco de Orellana, conquistador espagnol, part à la recherche de canneliers en 1541, il ne se doute pas que le hasard le mènera jusque dans les méandres du plus grand cours d’eau du monde : l’Amazone. Campagnes d’évangélisation, construction de routes, fièvre du caoutchouc, extraction de pétrole ou ruée vers l’or : cette zone fluviale n’a cessé d’être un carrefour d’échanges et d’attirer les convoitises. En remontant les traces d’expéditions passées et grâce à des mises en scène discrètes, ce carnet de voyage révèle diverses facettes de l’Amazonie contemporaine et de ses périphéries. Mes différentes collaborations avec des communautés locales m’ont permis d’explorer la complexité des hybridations et des mystères qui traversent la forêt.

Lire la suite Refermer

Même si cette toile de fond historique me pousse à vouloir découvrir ces régions, je ne cherche pas non plus à faire un cours d’histoire. J’ai plutôt envie de me laisser porter par cette fantaisie qui m’avait motivé à aller dans la jungle. Au final, on prend conscience que les “indigènes” ne sont pas si différents que ça. Cette différence n’est jamais aussi romantique que dans les films ou dans les livres. J’ai navigué pendant cinq semaines sur un bateau en Amazonie et cela n’avait rien d’extraordinaire. Tous les endroits se ressemblaient et, même s’il faut plus de trois jours pour atteindre un village sans électricité, on peut quand même y entendre ‘Gangnam Style’. Je ne me préoccupe donc pas vraiment de cette idée d’authenticité. Même si cela peut sembler contradictoire, ce qui m’importe avant tout c’est de raconter une histoire qui sorte de l’ordinaire.

 

Une fois plongé dans cet univers domestiqué, les clichés romantiques des terres oubliées ou du bon sauvage sont vite oubliés. Cette errance visuelle questionne plus largement la notion de progrès et de développement.


Le regard du médiateur

Au bord du précipice, nous voilà soudain devant un spectacle grandiose. Un cours d’eau traversant une épaisse forêt se transforme en puissante cascade, qui dévale la falaise pour s’abattre avec fracas dans le gouffre sous nos yeux. La végétation est omniprésente, luxuriante, et se décline dans toutes les teintes de vert, envahissant l’espace tout autour de la nuée blanche de la cascade.

Lire la suite Refermer

Fourmillante de détails, cette photographie nous plonge dans la contemplation d’une nature sauvage qui nous saisit par sa splendeur et sa puissance. Le point de vue en plongée accentue notre vertige, le blanc vif de la cascade attire notre œil et l’image elle-même est composée comme un immense entonnoir.
À la fois frontale et centripète, refermée sur elle-même, cette image nous tient prisonniers d’une fascination, d’une vision «à couper le souffle».

 

C’est par ce paysage, qui rappelle les grands paysagistes américains, peintres et photographes d’une nature sublime et inexplorée, que Yann Gross commence sa série et son livre «The Jungle Book». Avec cette image archétypale, fidèle à notre idée de l’immense forêt tropicale, Yann Gross plante le décor de son exploration photographique de l’Amazonie. Un décor au puissant pouvoir d’évocation, qui réveille des histoires d’aventuriers, de peuples mythiques et de mystères impénétrables. Mais, comme tout décor, il est aussi en partie une construction, une illusion où le paysage se transforme en objet culturel, en tableau, en symbole d’un état de nature bien plus fantasmé que réel. Tout le reste de la série va confronter notre regard à ce faux-semblant d’une Amazonie primitive, et inscrire celle-ci dans le monde contemporain.


Notions photographiques

SÉRIE

 

Une série photographique se caractérise par une continuité de démarche, de sujet ou d’esthétique, mais avant tout par le choix de l’artiste de présenter ses images comme un ensemble cohérent. C’est un système d’échos visuels qui se construit avec un rythme (temps forts, temps faibles), qui peut être narratif ou non, et où les images valent autant pour elles-mêmes que dans leur succession ou leur juxtaposition. D’une photographie à l’autre se dessine un rapport spécifique au temps, au sujet photographié et à l’espace de l’image, tous les éléments de ce que l’on va pouvoir appeller une «écriture photographique».

Lire la suite Refermer

Yann Gross construit sa série comme un carnet de voyage : une succession de fragments issus de son expérience qu’il organise en récit visuel.
Portée par un traitement très plastique (couleurs tendres, images lumineuses, détaillées) et par une unité de format (rapport 4×5), sa série alterne portraits, paysages et natures mortes. D’un catalogue zoologique réalisé en studio au portrait d’une miss Amazonie, d’un groupe de rap local (cf. image complémentaire dans la rubrique «Aller plus loin») à la vue aérienne d’une exploitation forestière, son propos repose sur une tension permanente entre une Amazonie primitive (et en partie fantasmée) et les marques multiples du monde contemporain.

 

Sans systématisme, mais avec une même «clarté» photographique, Yann Gross fait circuler notre regard entre différentes réalités, qui sont autant de portes d’entrées dans les enjeux culturels, sociaux, économiques et écologiques de cet immense territoire, dont il cultive aussi la part de fantaisie et de mystère.
De l’expérience du photographe à celle du spectateur, la série photographique est une reconstruction. Enchaînements, variations et répétitions de motifs, nuances, effets de contraste : la complexité du sujet est abordé par par la proposition d’un cheminement, d’une trajectoire parmi les images.


Connexion
Mot de passe oublié ?
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Inscrivez-vous

L'accès aux ateliers est gratuit, nous vous demandons simplement de bien vouloir remplir au préalable un formulaire d'inscription.